Photos par : André Karwath aka

Eh oui, c’est bien beau de vouloir boire du vin, mais comment faut-il s’y prendre ?

Dans un premier temps, n’hésitez pas à vous faire conseiller, et soyez précis dans vos attentes. Plus elles seront détaillées, plus il sera facile pour la personne qui vous conseille de trouver le vin que vous voulez. Pour cela il vous faut trouver un ou une interlocuteur(trice) de confiance. Les cavistes sont en général de bon conseil, et n’ayez pas peur de demander en grandes surfaces, certains cavistes d’enseignes peuvent s’avérer très pertinents.

corkbottleracksjune2008

Photo par : Infrogmation of New Orleans

Ensuite, fixez-vous un budget. Cela peut paraître bête, mais cela aidera la personne qui vous guidera (et vous-même) à trouver une ou plusieurs bouteilles au meilleur rapport qualité-prix. Nous ne saurions trop vous conseiller de vous cotiser à plusieurs si vous voulez vous offrir de bonnes bouteilles un peu plus chères (à 3 ou 4 personnes, il est déjà possible de s’offrir un très bon vin sans trop empiéter sur le budget, et en ayant une quantité de vin raisonnable à apprécier).

Une fois en possession du « précieux », il faut passer aux choses sérieuses !

Commencez par identifier le vin : rouge, blanc ou rosé, région de provenance, année de production, nom du vin, et éventuellement du domaine ou château où il a été produit.

Pour déguster le vin de manière optimale, je vous conseillerais de le servir à une température qui permettra au vin d’exprimer au mieux son potentiel. En général, un vin rouge est à servir entre 16 et 18°, un vin blanc sec ou un rosé entre 10 et 12°, un vin blanc moelleux ou liquoreux, ainsi que les champagnes aux alentours de 8 à 10°. Il s’agit ici de généralités, chaque vin ayant ses propres caractéristiques. Comment connaître la température du vin ? Si vous êtes équipés d’un thermomètre à vin, c’est évidemment le mieux. Sinon, quelques astuces. Pour une température de 6 à 8°, un passage d’1 heure ou plus au réfrigérateur fera l’affaire, et vous pourrez le servir dès sa sortie .Pour un vin entre 10 à 12°, toujours un passage au réfrigérateur, mais sortez votre bouteille entre 30 minutes et 1 heure à l’avance. Pour des vins servis entre 16 et 18°, conservez-les dans un endroit frais autant que faire se peut (comme une cave, c’est le top) et sortez-les 2 heures avant de les servir pour les laisser se chambrer (c’est-à-dire se réchauffer doucement à température ambiante). Sinon un passage rapide au frais ( réfrigérateur ou bord de fenêtre selon la saison) d’une demi-heure peut suffire.

Ensuite, l’ouverture du vin. Là, pas de conseil, on enlève avec un couteau la capsule, un tire-bouchon pour enlever le bouchon. Rien de sorcier, mais faites attention en retirant le bouchon : observez bien comment il réagit pour ne pas le casser s’il est fragile. Selon les conseils de la personne qui vous aura conseillé le vin, laissez aérer le vin dans la bouteille ou servez-le tout de suite.

Munissez-vous de votre bouteille et de vos verres (je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil à l’article de Peter sur les verres, ce sera un très bon complément à cet article). Versez le vin, mais attention, jamais plus que le 1er tiers du verre (en général l’endroit où le verre commence à se refermer pour le cas des verres à vin). Pourquoi ? D’abord parce que cela n’est pas poli, mais surtout parce que c’est le volume idéal pour laisser respirer votre vin, afin qu’il prenne toutes ses qualités, en ayant une surface de contact optimal avec l’air (oui, c’est ce contact qui va donner ses dernières qualités au vin). Enfin, pour ceux qui font tournoyer le vin dans leur verre (voir ci-dessous), ce volume évite que le vin ne passe par-dessus bord. (Pour un repas il est admis que l’on remplisse le verre jusqu’au deux tiers).

Commencez par regarder votre vin, sa couleur, sa limpidité, sa brillance, et tout simplement sa beauté. Tous ces facteurs sont importants (un article particulier leur sera consacré), et sont les  premiers éléments qui aident à comprendre le vin.

Ensuite, sentez-le. Pour cela, n’ayez pas peur, rentrez bien votre nez dans le verre.. Ensuite, faites tourner votre vin dans votre verre (dans un mouvement vers la gauche pour les droitiers et vers la droite pour les gauchers, car si le vin déborde, il est d’usage qu’il vienne vous tacher plutôt que la personne qui est en face, d’autant plus s’il s’agit d’une jolie jeune femme ou de votre patron à qui vous souhaitez demander une augmentation !). Ce rituel accompli, ressentez votre vin. Si ce dernier a des senteurs plus complexes, elles se dévoileront à ce moment. N’hésitez pas à recommencer cette opération plusieurs fois dans la soirée, le vin est une matière vivante, et peut donc prendre des aspects différents en fonction de son aération et de sa température.

Enfin, et après cette longue attente, vous pouvez le goûter. Mais vous vous rendrez compte que toute cette attente n’était pas veine, d’autant plus que c’est déjà un plaisir que de rencontrer le vin par la vue et l’odorat. Prenez donc une gorgée, faites tourner le vin dans votre bouche pour saturer toute votre langue et votre palais. Les premiers goûts vont apparaître. Ensuite, faites rentrer de l’air dans votre bouche en aspirant, pour que tous les arômes du vin se diffusent (vous l’avez forcement déjà vu faire par quelqu’un, c’est à votre tour d’être ridicule en le faisant, mais cela n’a jamais tué personne !). Enfin, avalez votre vin doucement, et profitez du goût qu’il vous laisse en bouche. Ce dernier restera plus ou moins longtemps. C’est ce que l’on appelle la longueur.

Vous voilà armé pour votre première dégustation, et les suivantes. Je reviendrai dans un prochain article sur ces opérations, pour en connaitre le sens et  l’intérêt.

 

Une dernière chose, ne restez jamais sur un mauvais sentiment par rapport à un vin, goûtez-en avec curiosité et en variant les plaisirs (toujours sans abus, attention !), il y en aura forcément un qui vous convient quelque part.

Laurent

 

Pour aller plus loin :

 

– Louis PLESSIS ,Le vin à la maison ,éditions Flammarion, 1979

– George Rainbird , Le Vin dans le monde, Compagnie Internationale du livre, Paris, 1984