Bonjour les ami(e)s

Certain(e)s d’entre vous ont parlé des  vins bio sur la page Facebook du blog, sollicitant l’avis de tous sur ces vins. Soucieux de la qualité des relations que nous avons avec vous, il semblait important de consacrer un article à ces derniers.

Mais que se cache-t-il derrière cette appellation ? Quelles différences avec un vin qui n’a pas cette dénomination ?

Le nom de vin bio n’est apparu officiellement qu’en 2012, date à laquelle la Communauté européenne a reconnu ce terme. Avant, on parlait de vin produit à partir de raisins issus de l’agriculture biologique. Ainsi la méthode de vinification restait libre. Depuis, un cahier des charges est apparu aussi pour cette étape, encadrant la fabrication, mais les normes imposées restent assez permissives.

Pour les vignes, l’utilisation d’engrais, de produits phytosanitaires de synthèse et de produits chimiques est interdite. La vigne va ainsi pouvoir développer, avec l’aide du vigneron, de meilleures défenses naturelles contre les maladies. Malgré tout, le recours à la bouillie bordelaise et aux traitements à base de soufre reste souvent utilisé pour lutter contre les maladies les plus fréquentes (mildiou, oïdium). Cette conduite des vignes doit être maintenue pendant 3 ans au minimum sous le contrôle d’un organisme de certification pour obtenir le label « Bio ». Il s’agit donc pour les vignerons qui veulent se lancer dans le bio d’avoir des convictions car les résultats de leur travail ne se verront qu’après un certain nombre d’années, avec pour certains un changement radical d’approche et de façon de faire. A cela il faut rajouter les réticences des producteurs voisins, qui peuvent avoir peur pour leurs vignes puisque celles qui ne sont pas traitées chimiquement pourraient permettre des propagations plus rapides des maladies (tout du moins le temps que les vignes renforcent leurs défenses), avec à la clé une possible baisse de rendement des vignes… Enfin il faut rajouter un label qui n’est pas toujours recherché par les consommateurs (même si cela tend à changer)

Il serait légitime aussi de se demander ce qu’un vin bio peut avoir de différent. Le nez, le goût auront-ils les caractéristiques du « Bio » ? Comme il est écrit ci-dessus, les méthodes de vinification d’un vin bio sont assez permissives, et peu de choses varient de celles d’un vin normal. Les quantités de soufre ou de sulfites permises pour l’élaboration du vin sont moindres, mais pas bannies, par exemple. Il en va donc une fois encore de la volonté du producteur. Mais la plupart d’entre eux sont attachés à la continuité des efforts fournis dans les vignes, en élaborant des vins par des procédés les plus naturels possibles. Cependant il est vrai qu’une fois dans votre verre, peu de différences risquent d’être constatées. D’ailleurs, la seule façon d’identifier un vin certifié bio tient dans la présence du label « AB » présent sur l’étiquette.

logo_ue-ab

Quel est donc alors l’intérêt d’un vin bio, si ce dernier présente les  mêmes caractéristiques qu’un vin normal, en étant parfois plus cher ? Eh bien, il faut certainement, comme les gens qui font ce vin, être convaincu des bienfaits de l’agriculture biologique, et qu’il est possible de boire des vins plus sains et de qualité identique. Cela tient dans les convictions de chacun, mais nous ne pouvons que vous encourager à en goûter pour vous faire votre propre opinion.  Pour ma part, n’étant ni convaincu, ni sceptique, je vais essayer de repérer la petite étiquette verte sur les bouteilles, et pourquoi pas me laisser tenter… et en retrouver en dégustation sur ce blog.

Laurent

 

Pour aller plus loin :

La revue du vin de France

http://www.observatoire-des-aliments.fr/qualite/bio/vin-bio-et-signes-de-qualite

https://www.vin-bio-ardoneo.com/index.php?action=vin.bio

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vin_issu_de_la_viticulture_biologique