20170403_171240 - Copie (2)2934911731_e51c6bc279_b (2)20170403_171323

Photo par Lars Plougmann

 

 

Bonjour les ami(e)s

Voici Pâques qui pointe son nez. Cette fête est souvent l’occasion de bons repas en famille avec, sur les tables, un traditionnel gigot d’agneau.

Voyons les vins qui pourront l’accompagner

Il faut tout d’abord s’arrêter sur la nature de la viande.

Ce qui caractérise l’agneau, c’est ce savant mélange de force et de finesse. Il va donc falloir trouver un vin qui présente les mêmes caractéristiques.

Il sera plus simple de se tourner vers les vins rouges pour trouver de la puissance. Pour cela, il va falloir privilégier des régions qui permettent la production de vins de caractère. La partie Sud de la France sera à l’honneur. Les Bordelais, Sud-Ouest, Côte du Rhône, Languedoc-Roussillon et Provence auront toutes les qualités requises, mais il ne faudra pas négliger certains Bourgognes et Val de Loire, aux caractères assez affirmés pour accompagner cette viande si particulière.

L’autre point important de la viande d’agneau est sa finesse et sa complexité gustative. Une sélection des appellations parmi les régions citées précédemment va donc s’avérer nécessaire.

Parmi les bordeaux, les Pauillacs et Saint-Julien dans le Haut-Médoc seront des partenaires privilégiés (surtout si vous avez un gigot d’agneau de Pauillac). Mais autant l’agneau est une viande jeune, autant pour ces deux appellations il faudra prendre un vin ayant déjà quelques années et s’étant assagi afin d’éviter qu’il ne prenne l’ascendant sur la viande. On pourra aussi s’orienter sur des vins de la rive droite (Saint-Emilion, Pomerol…) en privilégiant là aussi des vins ayant atteint une certaine maturité car leur puissance est encore supérieure à ceux de la rive gauche.

20170403_165705 (2)

         Dans les Sud-Ouest, les grands Cahors seront des partenaires intéressants mais, là aussi, il faudra choisir un vin de quelques années.

Les Côtes-du-Rhône du Nord (Côte-Rôtie, Saint-Joseph…) seront les plus à même de présenter les qualités pour un accompagnement parfait pour cette région, même jeunes. Au Sud, les Châteauneuf-du-Pape seront dignes d’intérêt, de par leur fruité et le léger côté épicé qu’ils présentent.

20170403_170045 (2).jpg

Les vins du Languedoc-Roussillon seront parfaits si vous agrémentez votre viande avec du thym, de l’ail ou d’autres plantes aromatiques du Sud. Les nets progrès qualitatifs de ces vins en font des challengers au rapport qualité-prix souvent très intéressant. On trouvera, entre autres, des vins jeunes qui sauront correspondre à l’esprit du plat avec des arômes de garrigue et un fruité souvent simple mais prononcé.

20170403_171150 (2)

Les vins de Provence rouges tels que les Bandol pourront convenir, mais attention toutefois, ce sont souvent des vins puissants, marqués par la forte présence de tannins.

Si vous souhaitez boire un bourgogne, un Pommard ou un Gevrey-Chambertin ayant quelques années pourront convenir. Pour un accord plus original (mais risqué), les Nuits-Saint-Georges ou Chambolle-Musigny sont aussi possibles.

20170403_170103 (2).jpg

En Val de Loire, les Chinons seront une des possibilités envisageables.

Enfin, pour les aventuriers du vin, les étrangers présenteront de très beaux accords, et un tour du côté de l’Italie, de l’Espagne ou encore de l’Afrique du Sud et de la Nouvelle-Zélande (d’où proviennent de nombreux agneaux consommés en France) permettront de surprendre vos convives.

Il n’y a que l’embarras du choix, et la liste des vins cités n’est pas exhaustive. Trouvez ceux qui vous conviendront, et n’hésitez pas à nous faire part de vos idées ou de vos essais.

A bientôt les ami(e)s,

Laurent