Bonjour les ami(e)s,

La Loire et sa vallée a toujours été une région évoquant le raffinement, l’histoire,  la poésie… La beauté des châteaux de la Loire trésors de la Renaissance, souverains de France ayant vécu dans cette belle région, sans oublier Jeanne d’Arc, Ronsard, du Bellay, Rabelais…  ne pouvaient donner que des vins à l’image de ce si bel héritage.

Malgré l’étendue du vignoble, la diversité de cépages, de sols et de climats, les vins de Loire, si différents soient-ils, se caractérisent par leur fraîcheur, leur vivacité et leur élégance. Allons voir cela de plus prêt.

Un peu d’histoire tout d’abord. La viticulture de cette zone remonte à l’époque gallo-romaine, mais sa véritable expansion se fera sous l’impulsion du clergé au Vème siècle. Du Moyen Age à la Renaissance, la bourgeoisie va permettre de développer le vignoble. A la Renaissance, la présence des rois de France, associée au formidable potentiel de transport assuré par le fleuve et ses affluents ont fini de donner à ces vins l’essor qu’ils méritaient. Le commerce fluvial puis maritime a même permis d’exporter jusqu’aux actuels Pays-Bas. Malheureusement, aux XVIIIème et XIXème siècles, des hivers très froids (jusqu’à -20° en 1709), puis la Révolution française entraîneront la destruction de nombreux vignobles ainsi que la mort de nombreux exploitants. L’arrivée du rail va quant à elle permettre l’entrée en concurrence avec d’autres vignobles. Plutôt que de se laisser décourager, les vignerons décident alors de changer de méthode afin d’améliorer la qualité de leurs vins. Le sort s’acharnera de nouveau avec l’épidémie de Phylloxera à la fin du XIXème siècle. Suite à ces crises, la hausse de qualité deviendra le mot d’ordre, ce qui aboutira à la reconnaissance en AOC de quatre appellations (Muscadet, Sancerre, Quincy et Vouvray) en 1936, et qui s’étendra à l’ensemble du vignoble. En l’an 2000, le val de Loire est classé au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, ce qui participa à l’essor de la production viticole.

Géographiquement parlant, les vignes sont cultivées du Centre au Pays nantais, et ne s’éloignent du cours du fleuve qu’à de rares exceptions. Sur ces quelques cinq cents kilomètres, le sol ainsi que le climat changent, ce qui influe sur le raisin. On trouvera entre autres :

  • Des roches tendres à base de schistes friables et craies (appelées aussi aubuis) qui se retrouvent dans le chinonais, le saumurois et à Bourgueil ;
  • Des roches dures (ou cul de chaudron) composées de grés, schistes et calcaires pour les Coteaux de l’Aubance, du layon et de la Loire, ainsi qu’en Anjou, Touraine et sancerrois ;
  • Des graves peu argileux, sableux ou de graviers sur les terrasses de la Loire ;
  • De l’altérites, composées de limons sur sols argileux ;
  • Des roches altérées, qui se retrouvent un peu partout, mais plus profondément que ceux cités précédemment. On y retrouve des argiles à silex, de gneiss, calcaires…

 Le climat ligérien est à tendance océanique, mais fluctue en fonction des reliefs et de l’éloignement de la côte, raison supplémentaire de la grande diversité de ces vins.

14101733_1277060888980251_1139453671_n (2)

La région Val de Loire a comme dernière particularité d’utiliser une pléiade de cépages. On dénombre onze cépages noirs et autant de blancs.

On retrouve les pinots noir, gris et meunier, les cabernets francs et sauvignon, ainsi que le gamay.

Le  pineau d’Aunis, la négrette, le côt ou encore le grolleau sont d’autres cépages noirs typiques de cette zone viticole.

Les cépages blancs sont représentés par les très connus sauvignons (les Sancerres, Menetou-Salon et Pouilly-Fumés en sont les dignes représentants), chenin (plus présent en Touraine, Saumurois et Anjou) ou le melon de Bourgogne (cépage du Muscadet). On les retrouve assemblés ou non à des cépages plus confidentiels dans cette région comme le chardonnay, l’Arbois, le chasselas, le Romorantin, ou encore la folle blanche, le Saçy, le Saint-Pierre-Doré…

La région se divise en quatre grandes régions vinicoles, avec chacune leurs appellations phares.

Vignobles Appellations
Pays nantais et fiefs vendéens Muscadet en vins blancs                         Fiefs Vendéens, Coteaux d’Ancenis donnent des vins blancs, rouges et rosés
Anjou Bonnezeaux, Coteaux du Layon, Chaume 1er Cru
et Quart de Chaume Grands crus (Vins blancs moelleux reconnus)
Savennières  (Grand Cru de vin blanc)
Saumur-Champigny, Saumur (vins rouges légers)
Cabernet d’Anjou (rosé moelleux)
Effervescents de Saumur
Touraine Vouvray (sec, demi-sec, moelleux, ou effervescents), Touraine  en vins  blancs
Chinon, Bourgueil, Saint-Nicolas de Bourgueil… en vins rouges
Centre-Loire Pouilly-Fumé et Quincy ne produisent que des  vins blancs
Sancerre, Menetou-Salon, Reuilly produisent des vins blancs,  rouges rosés

France - Copie (3)

                            – Pays Nantais et Fiefs vendéens

                            – Anjou

                            – Touraine

                            – Centre Loire

Voici un aperçu non exhaustif de ce que le Val-de-Loire peut proposer. Sans avoir la renommée d’autres régions, la recherche constante d’amélioration de qualité, associée à une grande diversité, permet aujourd’hui de trouver des vins séduisants et proposant un rapport qualité/prix intéressant. Il serait dommage de ne pas se laisser tenter. Pour ma part, l’alliance des paysages, de la culture m’ont depuis longtemps convaincu, et me font parodier ces vers d’un célèbre poète angevin

« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui, de Nantes à Vierzon

A pu, de ces vignobles, goûter les appellations

Et du Val-de-Loire découvrir tous les Cépages ! »

 

Laurent

 

Pour aller plus loin :
                -Nicolas GUERRERO, Michel BELLIER, Magali BORAGNO, Camille PRIOUL et Claude CHAPUIS , Vins et vignobles de France : Vins de Loire, Timée Edition, Boulogne, 2008
                – George Rainbird , Le Vin dans le monde, Compagnie Internationale du livre, Paris, 1984
                – https://fr.wikipedia.org/wiki/Vignoble_de_la_vall%C3%A9e_de_la_Loire