Bonjour les ami(e)s,

Tout amateur de vins aime déguster ces derniers à l’apogée de leurs propriétés. Pour cela, il faut tenir compte de ses goûts et du temps de garde du vin. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

On appelle « garde d’un vin » le temps qu’il faut à ce dernier pour que l’ensemble de ses qualités puissent se développer. Certains vins se dégustent jeunes (entre deux à trois ans), d’autres avec une garde dite moyenne (de quatre à sept ans) et les derniers après une longue garde (de sept ans à plusieurs dizaines d’années). On prend pour année de départ celle qui apparaît sur l’étiquette et qui correspond au millésime.

IMG_8085 (2)

Tous les vins ne sont pas taillés pour vieillir de longues années. Pour cela, il faut plusieurs conditions : beaucoup de tannins et une bonne acidité semblent être de bonnes bases pour un vieillissement optimal, puisque ces deux critères vont agir comme des antioxydants et permettre au vin de passer les années. On comprendra donc aisément que les cépages possédant le plus de ces caractéristiques soient plus favorable à l’élaboration de vins pouvant traverser le temps (cabernet sauvignon, nebbiolo…). Les régions comme le bordelais, la Toscane où s’épanouissent ces variétés ont la réputation de fournir des vins de garde, alors que les Beaujolais à base de gamay ou certains val de Loire qui utilisent le pinot noir seront pour la plupart plutôt conçus pour être bus dans leur jeunesse.

Nono64
Illustration par Nono64

Il ne faut pas pour autant limiter les possibilités de garde aux seuls cépages rouges. Certains  vins blancs, grâce à leur belle concentration en acidité, et malgré l’absence de tannins, peuvent vieillir de nombreuses années en développant des arômes intéressants.

On notera le cas particulier des vins moelleux et liquoreux (cf. l’article de Laurent sur le sujet) dont le potentiel de garde peut atteindre plusieurs dizaines d’années grâce aux sucres résiduels qu’ils contiennent et qui les protègent.

IMG_8093 (2)

         Malgré tout, cela ne suffit pas. Le travail du vigneron est bien sûr primordial, en particulier la technique de vinification. Il est de coutume de dire qu’un vin ayant subi un élevage long saura vieillir plus longtemps une fois mis en bouteille. Voici d’ailleurs un autre point important et souvent méconnu. La contenance du flacon a aussi un rôle important : plus sa contenance sera grande, mieux le vin se conservera. L’explication en est simple : les échanges d’air provoquant l’oxydation (et donc le vieillissement) du vin se faisant uniquement à travers le bouchon, plus la quantité de vin contenue derrière celui-ci sera grande et plus il faudra de temps pour que l’ensemble du liquide soit exposé.

20170707_113640 - Copie (2)

D’autres facteurs rentrent aussi en compte, comme le millésime (qui influe sur la concentration du raisin), le terroir, l’âge des vignes…

Voilà donc les principaux secrets qui font d’un vin un vin de garde. De par leur forte concentration, ils sont souvent durs à déguster dans leur jeunesse, et seules les années révéleront tout leur potentiel caché. Mais attention, garder du vin présente des risques. Il faut qu’il soit bien conservé (un article sur les différents moyens de conservations traitera de ce vaste sujet). Il est aussi compliqué de savoir quand ouvrir un vin de longue garde. Ouvert trop tôt, il pourra être encore dur, ouvert trop tard, il provoquera au mieux une petite déception, au pire une vraie frustration. Pour éviter cela, plusieurs solutions. Demander conseil à votre caviste, se référer à un tableau d’apogée des vins, goûter régulièrement un vin pour voir comment il évolue (il faut pour cela posséder plusieurs bouteilles). Il est aussi possible d’appeler directement le producteur qui se fera toujours un plaisir de vous dire quel est le meilleur moment, selon lui, pour déguster un vin qu’il a créé.

Il ne reste plus qu’à s’armer de patience pour découvrir le pouvoir incroyable que le temps permet de donner au vin.

A bientôt les ami(e)s

Laurent