Quel bon vin t’amène (QBVA) : Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?

         Natacha Foucault (N.F) : J’ai un parcours assez atypique. J’étais intermittente du spectacle (chorégraphe) et je me suis orientée vers le commerce il y a une dizaine d’années. J’ai maintenant le titre de responsable commerciale.

QBVA : Quelle ancienneté avez-vous dans ce métier et au sein de cette boutique ?

         N.F : Dans le commerce, cela fait dix ans.

Je suis dans cet établissement depuis le 26 juin 2017 (date de l’ouverture, ndlr).

QBVA : D’où vous est venue l’envie de faire ce métier ?

         N.F : Je suis avant tout une vraie épicurienne et j’avais envie d’orienter mes qualités de responsable commerciale dans une autre branche que celle dont je suis issue (le textile, ndlr). Le rayon vin m’attirait particulièrement, je savais que je pourrais m’y épanouir et conseiller.

QBVA : Pourquoi avoir choisi ce concept de magasin alliant produits régionaux  et vins ?

         N.F : M. Vincent (le propriétaire) avait une idée des attentes des gens et, selon moi, il a su surfer sur la vague d’envie qu’ont les personnes de revenir à des choses de terroir, des produits de chez eux.

QBVA : Quelles sont les qualités nécessaires pour être compétitif entre la concurrence de la grande distribution et les cavistes traditionnels ? De quels atouts disposez-vous ?

         N.F : Par rapport à une grande surface, on a clairement l’avantage des conseils, et du temps. S’il faut passer 25-30 minutes pour conseiller au mieux un client, on le fait. On propose aussi la dégustation des produits qui sont en magasin, ce qui est un véritable atout.

Par rapport aux autres caves, l’avantage, c’est que vous achetez ici le vin mais aussi les produits qui vont avec (saucissons, fromages, confitures…), ce qui permet un gain de temps et d’efficacité pour les clients. Si vous voulez préparer un apéritif, en venant ici vous avez tout sous la main.

QBVA : Avec quels vignerons travaillez-vous ? Comment s’oriente votre choix ?

         N.F : Sur Saint-Pourçain, pour l’instant, on travaille avec trois maisons : l’Union des vignerons, pour permettre un produit d’entrée de gamme ; le domaine Grosbot-Barbara, que l’on affectionne particulièrement, avec un vrai coup de cœur pour la gamme de ses vins mais aussi pour la gentillesse de ce couple. Enfin, on travaille aussi avec les Terres d’Ocres, qui ont l’avantage de proposer deux gammes de prix, avec des produits de belle qualité. C’est un postulat de départ, mais les choses sont amenées à évoluer, au grès des rencontres.

En Côte d’Auvergne, on travaille avec Pierre Goigoux du domaine de la Croix Arpin, la cave Saint-Verny ; on a aussi des vins via la Maison Desprat.

Les choix ont été faits par M. Vincent, de par ses envies dans un premier temps, mais surtout après avoir rencontré les gens avec qui nous travaillons. On marche à la fois sur ce qu’il faut avoir et sur le coup de cœur avec les personnes. C’est valable pour les vins, mais aussi pour le reste de la boutique.

QBVA : Qui choisit les vins que vous vendez ?

        N.F : C’est  Julien Vincent, essentiellement par contact direct.

QBVA : Faites vous les salons de vignerons ou salons du vin pour trouver de nouveaux vins ?

         N.F : Je pense que M. Vincent en a fait, mais il y a aussi les rencontres et, bien sûr, ce que les clients nous conseillent ou nous demandent.

IMG_8520 (2)

QBVA : Comment conservez-vous vos vins ?

         N.F : On a une cave en-dessous du magasin.

QBVA : Comment les gens qui fabriquent le vin et ceux qui les vendent vous ont-ils accueilli au début et qu’en est-il actuellement ?

         N.F : Ils étaient plutôt contents qu’une boutique leurs soit dédiée et mette leurs produits en valeur.

QBVA : Dégustez-vous tous les vins et effervescents que vous avez en vente ? Vos employés ont-ils une formation sur le vin ? Connaissent-ils les caractéristiques des différents vins que vous vendez ?

         N.F : Oui, et c’est très important. J’ai une formation « familiale » sur le vin, autodidacte.

QBVA : Quels sont vos vins préférés et les vins que vous aimez le moins ?

         N.F : Dans ceux que je commercialise mes préférés sont, en blanc, le Quarteron du Domaine Grosbot-Barbara. En rosé, le perle de lave et en rouge le Damas Noir, tous deux du domaine Pierre Goigoux.

J’aime un peu moins les vins de l’Union des Vignerons, qui sont bien faits mais plus simples.

QBVA : Quel mot décrit pour vous au mieux le vin ? 

         N.F : Se serait le mot : « Velours ».

 

QBVA : Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui comme nous veulent découvrir le vin ?

         N.F : De venir passer un moment ici.

QBVA : Pouvez-vous nous citer le premier vin que vous gardez en souvenirs, votre vin préféré, le meilleur vin que vous n’ayez jamais goûté, et le vin de rêve que vous aimeriez déguster un jour ?

         N.F : Celui que je garde en souvenir : c’est un Pouilly-Fumé.

Mon vin préféré : le Sancerre blanc.

Le meilleur vin que j’ai goûté : un champagne de la maison Ruinart.

Je suis trop curieuse pour choisir un vin que j’aimerais goûter par dessus tout.

QBVA : Pour finir que pouvez-vous dire à nos lecteurs pour leur donner envie de venir découvrir votre boutique?

         N.F : Tout simplement de venir partager du temps avec nous !

IMG_8578 (2)