Bonjour les ami(e)s,

Cette année, la route des vacances nous a emmenés à Gruissan, petit village proche de Narbonne en Languedoc-Roussillon.

         Entre le massif de la Clape et le bord de la mer Méditerranée, on trouve de jolies parcelles de vignes qui rappellent qu’ici aussi le vin à sa place. Dans cette région, ce sont les corbières qui sont rois. On est allé à la rencontre de l’un d’entre eux : le Château Bel-Evêque.

        Cette belle propriété située dans un endroit reculé du village, tire son nom du fait que l’évêque de Narbonne en avait fait sa résidence. Mais actuellement c’est un hôte tout autant prestigieux qui en est le propriétaire : Pierre Richard, célèbre acteur français.

IMG_9063 (2)

         En 1986, il est tombé sous le charme de cette bâtisse isolée, entourée d’eau et de vignes. Passionné de vin, il réaménage le vignoble et les premiers vins sont vinifiés en 1988.

         Depuis, au gré des régisseurs qui ont eu en charge le domaine, et de l’idée de l’acteur, l’encépagement a progressivement augmenté pour atteindre aujourd’hui vingt hectares dont dix-huit en exploitation et deux en attente, principalement de variétés rouges. Le terrain est respecté au maximum, mis à part des parcelles où il aura fallu casser le sol pour le rendre implantable. Cela donne un vignoble qui suit le relief sans le modifier, avec l’effet que la vigne se développe naturellement sur le site.

IMG_9093

         L’arrivée au domaine permet aux visiteurs de passer le long des marais salants, puis de longer l’étang du village par un chemin de terre où l’on découvre une bâtisse cachée derrière une allée bordée de pins.

IMG_9100 (2)

         Après avoir prévenu de son arrivée, on entre dans le caveau, où l’on découvre une fresque peinte mettant en valeur les différentes cuvées.

IMG_9062 (2)

          On remarquera des photos du maître des lieux, ainsi qu’une vitrine où l’on retrouve l’histoire du domaine à travers quelques facéties viticoles de l’acteur.

IMG_9079 (3)

         L’accueil est d’ailleurs à l’image de ce dernier : sympathique, humain, mettant en avant le partage et la sincérité.

S’ensuit la dégustation. Les vins sont eux aussi dans la lignée de ce que l’on imagine du comédien : délicat, avec une pointe de caractère, mettant en avant beaucoup de finesse et restant abordables pour les néophytes tout en sachant contenter les plus exigeants.

On retrouve trois grandes familles :

         – les vins populaires, sous la dénomination « Démons de l’évêque ». Se sont les vins d’entrée de gamme, tous en AOP Corbières. Un blanc (bourboulenc et grenache blanc, seul blanc du domaine), un rosé (syrah et grenache noir) et un rouge (syrah, mourvèdre et grenache noir) la composent.

IMG_9053 (2)

         – les vins à succès, « Château Bel Evêque » rouge (syrah, mourvèdre, carignan et grenache noir) et rosé (cinsault et grenache noir). Ce sont des vins fruités, avec une trame qui dévoile une jolie complexité au fil de la dégustation. A ceux-là s’ajoute la cuvée « Cardinale », un rouge puissant à base de syrah et mourvèdre qui demande un accompagnement culinaire plus prononcé. Ces trois cuvées sont vieillies en fûts de chêne (de l’Allier, bien évidement), offrant des temps de garde de 12 à 15 ans pour les deux vins rouges.

IMG_9060 (2)

         – les vins d’auteurs, uniquement en rouge, qui sont une approche personnelle de Pierre Richard. On retrouve d’ailleurs cet abord dans les noms de deux cuvées : « Ma cuvée personnelle syrah » et « Ma cuvée personnelle mourvèdre ». Ils sont élaborés avec 100 % des cépages cités, sans passage en fût de chêne, et sont vendus sous l’appellation Vin de Pays d’Aude. Cela permet de mettre en avant les valeurs intrinsèques de ces deux variétés. On retrouve aussi la cuvée « Blondus Ricardus » (AOP Corbière), composée des mêmes cépages que le « Château Bel Evêque » rouge, mais, à l’instar des cuvées personnelles, sans élevage en fût.

IMG_9061 (2)

         Les années plus propices permettent aussi de présenter deux vins plus simples, le rouge et le rosé pif, vin dit de copains, à partager entre amis.

         La dégustation s’est passée avec le fils de Monsieur Pierre Richard, qui n’est pas avare en anecdotes concernant son illustre père, prolongeant l’idée que ce dernier souhaite donner à cet endroit

         On ne peut que conseiller de se rendre au domaine, où il est même possible, s’il est présent, que l’acteur vienne se joindre à la dégustation, offrant un moment de magie et de surprise aux amateurs présents, montrant encore une fois le coté simple, humain et abordable d’une personne qui fait du vin à son image, et dont le nom oblige à une belle qualité pour être plus qu’un patronyme célèbre.

A bientôt les ami(e)s,

Laurent