Chères amies et chers amis,

Après avoir présenté ce qu’est un cépage dans sa globalité (voir article précédent), voici venu le moment d’en étudier quelques-uns de plus près.

On part découvrir un cépage rouge : le pinot noir.

-A quoi le reconnaît-on ? (ampélographie)

Le pinot noir a une souche vigoureuse
Ses jeunes feuilles sont de couleur verte ou jaune.
Ses feuilles adultes sont vertes foncées ou très foncées, à 2 ou 5 lobes. Les lobes s’opposant vers la face inférieure en « crête  de coq », des dents courtes.
Son sinus pétiolaire est ouvert sur les jeunes feuilles, en « u » ou en lyre. Il tend à se fermer sur les feuilles adultes.
Son limbe tourmenté fortement bullé, en face inférieure, une faible densité de poils couchés.
L’extrémité du jeune rameau présente une densité moyenne à forte de poils couchés.
Les rameaux à entre-noeuds à raies rouges.
Les grappes cylindriques portent des raisins de petite taille, assez serrés.

– Où le trouve-t-on  et comment le cultive-t-on ?

Déjà employé par les cisterciens, il s’impose dans le nord-est de la France et plus particulièrement en Bourgogne. On le retrouve aussi en Alsace, Champagne, Jura et même en Languedoc.
Les grands crus de la Côte d’Or lui doivent leur noblesse.
On le retrouve également en Moldavie, Italie, Nouvelle-Zélande, Suisse, Allemagne, Chili, Argentine
Ce cépage a besoin d’un terroir affaiblissant sa vigueur. Pour limiter la production de grappillons, il nécessite un ébourgeonnage méticuleux.
Il pousse sous un climat continental et sur un sol argilo-calcaire.
Il lui faut un climat tempéré froid.

– Quelle est sa résistance aux maladies ?

Le pinot noir est sensible aux maladies telles que le mildiou, la pourriture grise et les cicadelles.

– Qu’apporte-t-il au vin ?

Il produit des vins rouges de qualité alliant finesse, puissance, intensité et complexité aromatique (cerise, mûre, framboise, cerise, cassis, prune, groseille, violette, rose, cannelle, poivre, réglisse, sous-bois, cuir, café, cacao, fumée).
Sa couleur est peu intense mais elle se maintient bien au vieillissement.
Ses tanins sont doux.
Il stocke bien le sucre mais son acidité est parfois un peu juste à pleine maturité.
Ce cépage ne montre toute ses qualités que si les rendements sont faibles et la vinification soignée. Élevé en barrique, ce cépage gagne en couleur, tanins et en capacité de garde.

– Dans quelles appellations le retrouve-t-on ?

Il est le cépage principal pour les appellations de Bourgogne comme la Côte de Beaune, Volnay, Nuits-Saint-Georges, Vougeot et Gevrey-Chambertin.
On le retrouve dans le vin dégusté la semaine dernière : Marsannay Rouge, Clos Saint-Jacques, Domaine Fougeray de Beauclair, 2016
Il peut être utilisé pour des vins effervescents (champagne, crémant de Bourgogne).
Il est présent dans les appellations Touraine, Cheverny, Sancerre, Ménetou-salon, Reuilly pour la vallée de la vallée de la Loire ; ainsi qu’à Limoux dans le Languedoc.
On le retrouve également dans le Saint-Pourçain.

A très vite,

Lucie

Pour aller plus loin :

https://www.vins-bourgogne.fr/nos-vins-nos-terroirs/nos-cepages-nos-couleurs/pinot-noir/pinot-noir-l-enfant-prodigue-de-bourgogne,2793,10502.html

Pierre Viala et Victor Vermorel (dir,), Ampélographie, Paris, 1901-1910, Tome 2, disponible sur Gallica,bnf,fr