Chères amies, chers amis,

 

Après avoir présenté ce qu’est un cépage dans sa globalité (A la découverte des cépages), voici venu le moment d’en étudier un cépage blanc de plus près : le sauvignon blanc.

Ce cépage est aussi parfois appelé sauvignon jaune ou petit sauvignon.

 

Sauvignon_-_Ampélographie

 

– A quoi le reconnaît-on ? (ampélographie)

Sa souche est très vigoureuse avec un tronc fort et droit.
Ses feuilles sont petites, plus larges que longues et d’aspect tourmenté, ondulé.
Elles ont généralement de trois à cinq lobes, dont les latéraux sont plus effilés que le lobe terminal. Elles ont des dents larges allant par paire dont l’une des dents est plus petite que l’autre.
Le sinus pétiolaire en « U » est profond et ouvert.
Ses fruits se présentent en petites grappes courtes cylindro-coniques.
Les grains y sont serrés, de petite taille inégale.

 

– Où le trouve-t-on et comment le cultive-t-on ?

Ce cépage est un des plus répandus dans le monde, juste après le chardonnay.
Il a lancé sa carrière solo dans le pays de Loire. Il est aussi connu dans le bordelais où il est largement vinifié avec un autre cépage : le sémillon.
La Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, le Chili et la Californie l’ont également adopté.

 

– Quelle est sa résistance aux maladies ?

Le sauvignon est très sensible à l’oïdium et au black-rot, alors qu’il est plutôt résistant au mildiou.

 

– Qu’apporte-t-il au vin ?

Il apporte des arômes intenses et frais d’agrumes, de cassis, groseille à maquereau.
Des notes végétales (gazon, poivron, buis, genet) s’y retrouvent, ainsi qu’une touche minérale (silex). Parfois il exprime des notes de pêche ou fruit de la passion.

 

– Dans quelles appellations le retrouve-t-on ?

Il se retrouve dans le Sancerre, Pouilly, Touraine, domaine de la Charmoise, 2017.

 

 

A très vite,

Lucie

 

Pour aller plus loin :

Pierre Viala et Victor Vermorel (dir,), Ampélographie, Paris, 1901-1910, Tome 2, disponible sur Gallica.bnf.fr