Chères amies, chers amis,

Après avoir présenté ce qu’est un cépage dans sa globalité (voir article précédent Les cépages pour débuter), voici venu le moment d’en étudier quelques-uns de plus près.

On vous propose de découvrir ce qu’il se cache derrière le cépage blanc : le chenin blanc.

A savoir que ce cépage existe aussi en rouge ; le chenin noir est aussi appelé pineau d’Aunis.

/

– A quoi le reconnaît-on ? (ampélographie)

Sa souche est vigoureuse, avec un gros tronc.

Les jeunes feuilles sont à peine lobées et bordées de rouge carmin. Les feuilles deviennent grandes, presque rondes, souvent trilobées, laineuses puis lisses en vieillissant.

Ses grappes sont grosses et coniques.

Ses grains sont de taille moyenne, réguliers, vert ambré.

– Où le trouve-t-on et comment le cultive-t-on ?

Cépage star en Anjou, il se retrouve aussi en pays de Loire, Californie, Argentine, Chili et Afrique du Sud.

Il aime les climats chauds, mais il s’adapte à tous les sols et climats, produisant ainsi des vins totalement différents (crémant, vin sec, vin liquoreux…).

– Quelle est sa résistance aux maladies ?

Ce cépage est très sensible au Botrytis, à l’oïdium et à la pourriture grise.

Il est résistant au mildiou, black-rot et anthracnose.

– Qu’apporte-t-il au vin ?

Il apporte de la mâche et développe beaucoup d’acidité.

Ce cépage donne des arômes de pèche, coing, miel.

– Dans quelles appellations le retrouve-t-on ?

On le retrouve par exemple dans le vouvray, la blanquette de Limoux, crémant de Limoux, coteaux du Layon.

A très vite,

Lucie

Pour aller plus loin :

Pierre Viala et Victor Vermorel (dir,), Ampélographie, Paris, 1901-1910, Tome 2, disponible sur Gallica.bnf.fr