Bonjour les ami(e)s,

Aujourd’hui, lancement d’une nouvelle rubrique : « On a testé pour vous… »

Cette rubrique sera consacrée aux essais divers et variés de produits en relations avec le vin (jeux, ustensiles, livres, etc.)

Pour cette première, il sera abordé le sujet des pompes à vide d’air pour les bouteilles de vins entamées. En effet, qui n’a pas hésité à ouvrir une ou plusieurs bouteilles, de peur que le vin ne s’abîme à cause d’un contact prolongé avec l’air (faute de nombre pour déguster le vin, ou après l’ouverture d’une bouteille par plats servis…).

Deux produits seront ici essayés et comparés.

Dans un premier temps, une brève explication.

Ces systèmes sont censés protéger le vin de  l’oxydation qu’il subit une fois son bouchon ôté. Ce phénomène qui, dans un premier temps, aide le vin à développer tous ses arômes, bouquets et goûts, finira par transformer les plus grands crus en lavasses imbuvables. C’est ici que ces systèmes agissent. Ils sont composés de deux parties : un bouchon spécifique, et une pompe à vide. Quand vous souhaitez refermer votre bouteille, il suffit de remplacer le bouchon originel par le bouchon fourni dans le kit, puis d’adapter la pompe à vide sur ce dernier et de pomper l’air présent dans la bouteille au contact du vin. Plusieurs avantages à ce procédé : déjà, ne plus peiner à essayer de remettre un bouchon qui ne semble plus du tout adapté à la bouteille qu’il refermait il y a pourtant si peu de temps (ne vous revoyez-vous pas, tentant cette expérience, au résultat plus ou moins catastrophique et aléatoire, rouge après l’effort, et la paume des mains douloureuse ?), puis retirer l’air (et surtout l’oxygène) de votre bouteille, ce qui est censé permettre à votre vin de ne pas s’abîmer, ainsi que de fermer hermétiquement votre bouchon.

Quand vous souhaitez ensuite rouvrir votre bouteille, il suffira de réintégrer de l’air, soit par le biais de la pompe, soit par l’intermédiaire d’un système de clapet sur le bouchon, libérant par la même occasion ce dernier. Pas de miracle toutefois, le vin est un produit vivant qui évolue, et passé 24 à 48 h votre vin s’abîmera.

Passons maintenant au test de deux produits :

  • Système Vacu-vin
  • Système Peugeot

Le système Vacu-vin :

20170115_153402.jpg

présenté dans un étui en carton, avec de 2 à 4 bouchons. L’emballage est assez fragile et peu pratique. Il se déchire assez facilement. A l’intérieur de la boîte, la présentation est simple, avec une toute petite notice, mais très explicite. La qualité du produit fait très plastique et assez rudimentaire. Là où ce produit marque des points, c’est clairement au niveau de sa facilité d’utilisation. Tout paraît instinctif. Le bouchon s’adapte facilement aux bouteilles de vin, la pompe se place facilement sur le haut du bouchon. On pompe, et quand on entend un clic, c’est bon. Pour faire rentrer l’air, il suffit de tirer sur la languette située au centre du bouchon. Aussi simple que pratique. Au niveau efficacité, rien à redire, le vin ne semble pas s’abîmer au bout de 24h. Son autre atout est son excellent placement tarifaire : comptez à peu près 10 euros avec 2 bouchons, et entre 3 et 5 euros pour 2 bouchons supplémentaires. Un rapport qualité – prix vraiment intéressant.

 

 

Le système Peugeot :

 

 

20170115_153540.jpg

 

Son coffret en plastique transparent mettant en avant son joli design, ses bouchons, est du plus bel effet. Il semble être de bonne facture et séduit instantanément. A l’intérieur, on retrouve une pompe et 3 bouchons, dont 1 pour les bouteilles de champagnes, ce que ne propose pas son adversaire du jour. Il y a aussi une petite notice, et cette dernière s’avère bien nécessaire. Car c’est ici que le produit perd de son charme. L’utilisation s’avère plus compliquée, là où son concurrent est instinctif, il faudra ici se pencher sur la notice pour comprendre son fonctionnement, à condition de n’avoir pas déjà trop avancé dans la dégustation du vin. Il est clairement plus délicat à utiliser, et pourrait même sembler moins rassurant malgré des compétences identiques au système Vacu-vin. Enfin, le produit est plus joliment présenté, et fait de meilleure facture, mais tout cela a un coût, et il faudra compter au moins une vingtaine d’euros pour l’acquérir (soit à peu près le double de son concurrent).

 

 

 

 

 

En résumé : sans entrer dans le débat de leur utilité, ou des possibles désagréments que certains constateraient après utilisation (comme l’aspiration du bouquet et des arômes hors de la bouteille, ou encore du gaz contenu dans les effervescents), ces deux produits présentent vraiment des résultats identiques en terme de conservation du vin et du vide d’air. Se sera alors à vous de choisir entre un produit moins « prestigieux » mais vraiment pratique au quotidien et plus accessible financièrement, ou un produit qui présentera mieux auprès de vos amis, mais plus difficile à utiliser (ce qui pourrait vous faire regretter d’avoir fait le malin avec votre sublime pompe à vin devant ces derniers en début de repas) et plus cher.

 

capture

 

Laurent