Bonjour les ami(e)s,

Quel amateur de vin n’a pas tenté de reconnaître la provenance d’un vin par la forme de la bouteille qui le contient ? Savez-vous à quoi elles correspondent, quelle est leur histoire ?

Regardons cela de plus près…

L’invention de la bouteille date du XVIIème siècle et est due… aux Anglais. Cette anecdote est capitale, car il en découle la contenance fixée à 75Cl. Cela s’explique par le fait que les barriques de vins en Angleterre étaient de 50 gallons (225 litres), ce qui correspond exactement à 300 bouteilles. Les amateurs de mathématiques déduiront qu’un gallon correspond à six bouteilles ; conditionnement encore utilisé actuellement.

La technique de soufflage du verre de l’époque ne permettait pas de faire des fonds plats pour les bouteilles, il était alors plus simple de faire un creux au niveau de la piqure (bas de la bouteille souvent marquée d’un relief faisant penser à une couture). Voilà l’explication du creux que l’on retrouve encore aujourd’hui.

IMG_7795 (2).JPG

On trouve différentes formes de bouteille, qui sont souvent apparentées à la région de production, mais qui ne sont obligatoires que pour certaines AOC.

  • La bordelaise :

Certainement la plus connue et utilisée, elle est la représentante de nombreux vins bordelais, mais aussi de nombreuses autres régions qui ne disposent pas de formes typiques. On la retrouve aussi pour les vins étrangers produits à base de cabernet sauvignon et merlot

Elle se caractérise par des épaules carrées et un fut allongé.

IMG_7782 (2)

  • La bourguignonne :

Épaules basses, col fin et de forme légèrement conique, cette bouteille est facilement reconnaissable. Elle contient les vins de Bourgogne, mais est aussi utilisée à l’étranger pour les vins à base de chardonnay. Le célèbre Château Haut-Brion (premier Grand Cru Classé du Bordelais) utilise ce type de contenant.

IMG_7778 (2)

  • La champenoise :

Très proche de la bourguignonne, mais plus épaisse, elle est parfaite pour garder les vins effervescents et résister aux pressions exercées par le gaz contenu.

IMG_7785 (2)

  • La ligérienne :

Pour le Val de Loire. Assez proche elle aussi de la bourguignonne, elle s’en distingue par une forme plus allongée. Celles d’Anjou portent le blason du Val de Loire, et celles du Muscadet le nom de l’appellation en bas de bouteille.

IMG_7789 (2)

Les Muscadet sur Lie sont les seuls à pouvoir présenter un relief au niveau des épaules, mais ce n’est pas obligatoire.

IMG_7786 (2)

  • La rhodanienne :

Bouteilles des Côtes-du-Rhône. Col très allongé et fut conique, on peut y retrouver gravé la mention « Côtes-du-Rhône », ou encore le blason pontifical pour les Châteauneuf-du-Pape.

20170415_175534 (3)

20170415_175545 - Copie (2)

  • La provençale :

Deux principales formes sont utilisées. La première est dite « flûte à corset » dont le fut est resserré sur la partie basse (pour les propriétaires récoltants),

20170415_180130 - Copie (2).jpg

et la « Côte-de-Provence » de forme conique allongée (pour les négociants)

  • La flûte d’Alsace :

La plus haute et élancée des bouteilles, elle est la seule à être protégée par un décret datant de 1955. Elle peut contenir des vins d’Alsace, mais aussi d’autres régions ou pays utilisant les cépages gewurztraminer ou riesling. Elle a la particularité de ne contenir que 72 Cl.

IMG_7791 (2)

  • Le clavelin du Jura :

Cette bouteille a pour spécificité sa contenance de 62 Cl. Petite, avec un col court et un fut très large, elle est réservée au Vin Jaune du Jura.

IMG_7784 (2)

Seules les deux dernières sont obligatoires dans l’A.O.C. des vins qu’elles contiennent. Les autres appellations sont libres d’utiliser la forme de leur choix, mais il reste rare de trouver des contenants autres que traditionnels. Il existe d’autres types de bouteilles de par la France et le monde, mais seuls les plus fréquemment retrouvés sont cités ici. Avec un peu d’expérience et un œil averti, vous pourrez facilement obtenir un indice sur le type de vin que vous allez déguster.

A bientôt les ami(e)s

Laurent

Pour aller plus loin :

– Louis PLESSIS, Le vin à la maison, Editions Flammarion, 1979

– George RAINBIRD, Le Vin dans le monde, Compagnie Internationale du livre, Paris, 1984

http://www.lesateliersdebacchus.com/les-differents-styles-de-bouteilles-de-vins/

http://avis-vin.lefigaro.fr/connaitre-deguster/o110382-pourquoi-existe-t-il-des-bouteilles-de-formes-differentes

https://www.troisfoisvin.com/blog/forme-bouteilles-vin/