Photo par Olivier

 

Bonjour les ami(e)s,

         Aujourd’hui, nous vous emmenons dans une région qui a la chance de proposer de somptueux paysages, une culture et une gastronomie exceptionnelles, ainsi que de merveilleux vins… l’Alsace.

20170421_165135 (2)

         La présence de vin dans cette région n’est pas clairement définie, mais semble remonter aux invasions romaines. Du IXème au XIXème siècle, les vins d’Alsace jouissaient d’une belle notoriété et s’exportaient facilement dans le Nord de l’Europe. Malheureusement, à partir de cette époque, la culture de la vigne a été orientée vers une production quantitative plutôt que qualitative. L’explication semble se trouver dans le fait que cette région fut souvent ballottée entre la France et l’Allemagne au cours des nombreuses guerres qui ont eu lieux entre les deux pays. Hormis les dégâts subies par la vigne, l’Allemagne aurait préconisé, entre 1870 et la Première Guerre mondiale, d’orienter la culture vers une grande  production afin de protéger et mettre en valeur ses propres vins. Ce n’est qu’après 1918 que les vignerons alsaciens s’accorderont pour replanter des cépages locaux et travailler dans le but d’améliorer la qualité.

France - Copie (3)

vignobles d’Alsace

         Historiquement, il n’a pas été évident de produire du vin dans cette région. Mais la question géographique se pose aussi. Comment obtenir un raisin d’assez bonne qualité dans cette partie septentrionale de la France? Il serait légitime de penser que le froid pourrait être un facteur non propice au développement et au murissement du raisin. Ici réside l’un des secrets de l’Alsace : à l’abri des Vosges, les vignes profitent d’un ensoleillement quasi constant et de faibles précipitations permettant aux raisins de murir lentement. Les grains sont ainsi gorgés de sucre et d’arômes quand ils sont vendangés. Bien que ne proposant qu’une surface réduite de culture (moins de 15 000 hectares), délimitée par Marlenheim au Nord (au-dessus de Strasbourg) et Thann au Sud (au-dessous de Mulhouse) et sur une largeur qui atteint à son maximum 4 km, l’Alsace propose une très grande variété de sols, permettant la production de vins aux arômes variés. On trouvera, entre autres, des sols argileux, calcaires, granitiques, sableux, mais aussi des schistes ou du grès… Ces sols se rencontrent à trois types d’altitude qui impacteront le goût :

                  – la montagne vosgienne entre 400 et 1 400 mètres ;

                  – les collines sous-vosgiennes de 220 à 400 mètres ;

                  – la plaine alluviale de 120 à 220 mètres.

         La plupart des appellations alsaciennes portent le nom d’un cépage, les vins mono-cépages étant à l’honneur dans cette partie de la France (à l’exception de l’appellation Edelzwicker qui est issue d’un assemblage).

         Reconnus en A.O.C., la consonance des vins évoque irrémédiablement la région, et seul le Muscat est suivi de la mention « d’Alsace » pour éviter toute confusion avec son cousin du Sud. Une particularité de ces vins est que, pour bénéficier de l’A.O.C., ils doivent être contenus dans la fameuse « Flûte d’Alsace » (cf. les bouteilles en forme).

 

IMG_7791 (2)

 

 

 

 

 

Appellations Caractéristiques

Sylvaner

Légers, frais, avec de légères nuances d’herbes. Vins blancs d’apéritif, en accompagnement de fruits de mers ou poissons simplement préparés…

Pinot blanc

Blancs frais, souples, au goût peu prononcé. Ils s’accordent avec les hors d’œuvres froids, asperges et poissons fins…

Muscat d’Alsace

Extrêmement aromatiques, qualifiés de sensuels, ces vins sont idéaux pour l’apéritif ou pour accompagner des asperges. Vinifiés en blanc, et uniquement en sec.

Riesling

L’un des plus connus. Elégants, frais et délicats, les vins développeront des notes différentes selon les sols. Ils sont parfaits pour des plats de poissons élaborés, mais aussi pour les fromages ou des fruits de mer. C’est un vin blanc… Bien entendu !

Gewurztraminer

Qui signifie : « de l’autre côté du Rhin » en allemand. Vins blancs au caractère marqué, aux arômes intenses, quasi -exotiques, mélangés à ceux de fleurs et d’épices selon les sols. A l’apéritifs, en accompagnement de plats exotiques, d’un munster ou encore les desserts, le foie gras (surtout en vendanges tardives).

Pinot gris (anciennement appelé Tokay)

Très expressifs, complexes et marqués par des notes d’épices, ces vins blancs sont les compagnons idéaux d’un foie gras, un poisson en sauce, et peuvent se permettre d’accompagner un gibier à plume ou même du veau…

Pinot noir

Vinifiés en rosé (pour les apéritifs estivaux), rouge léger (proche des Bourgognes) ou plus complexe
(volailles, gibiers fromages…), il est indispensable d’essayer ces vins méconnus d’Alsace.

 

         Il s’agit ici des plus connus, auxquels on pourrait ajouter les Chardonnay et Klevener de Heiligenstein, etc.

         Quatre de ces cépages sont considérés comme nobles (riesling, gewurztraminer, pinot gris et muscat) et  peuvent bénéficier de l’appellation « Alsace Grand Cru » si les vignes se trouvent sur l’une des cinquante et une zones strictement délimitées (par décret, le dernier datant de 2007). La mention de la zone de provenance doit être indiquée sur l’étiquette. Ces parcelles sont choisies pour leurs qualités géologiques et microclimatiques exceptionnelles. Il est important de savoir qu’avant la vente, la qualité de ces Grands Crus doit être approuvée lors d’une dégustation professionnelle.

         Avant de quitter l’Alsace, il est impératif de parler des vendanges tardives, sélection de grains nobles et des vins de glace. Ce sont des vins sucrés aux caractéristiques particulières (cf. les vins moelleux et liquoreux).

 

Vendanges tardives

Vins ordinaires ou Grands Crus, ce terme fait référence à l’époque de vendange du raisin qui se fait tardivement. Uniquement à base des quatre cépages nobles d’Alsace.

Sélection de Grains nobles

Les grains sont triés un à un et seuls ceux atteints de pourriture noble sont retenus. Ils présentent une belle concentration aromatique, et sont corsés et puissants.

Vins de Glace

Petites productions élaborées à partir de raisins sur-mûris qui ont subi les premières gelées. Il en résulte une subtile alliance de douceur et d’arômes concentrés.

 

         Cette région produit aussi des crémants, qui sont élaborés en méthode traditionnelle et se montrant digne d’intérêt.

         Ce séjour en Alsace s’achève ici, en espérant qu’il saura vous donner l’envie d’aller visiter cette magnifique région, alliant qualités visuelles, gastronomiques et viticoles !

A bientôt les ami(e)s,

 

Laurent

 

Pour aller plus loin :

-Rémi FERRAND, Magali BORAGNO, Camille PRIOUL et Claude CHAPUIS, Vins  et vignobles de France : Vins de Bourgogne, Timée Edition, Boulogne, 2008.

– George RAINBIRD, Le vin dans le monde, Compagnie Internationale du livre, Paris, 1984.

– Louis PLESSIS, Le vin à la maison, Editions Flammarion, 1979.

– Christian CALLEC, Vins du monde, Editions Maxi-Livres, 2002.